Dans un monde complexe, où les enjeux, qu’ils soient scientifiques, universitaires ou économiques sont régis par plusieurs types d’intérêts, nécessitant parfois des formes de gouvernance inclusives, la recherche collaborative vise à décloisonner la recherche.

C’est-à-dire que les acteurs sociaux impliqués dans ces processus d’études, d’expérimentations et de réalisations, aspirent à coproduire les savoirs, à innover et à contribuer ainsi au bien-être général.

Dans cette ouverture, la recherche collaborative n’est pas seulement envisagée comme un produit, mais comme un processus et un bien commun.